En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites notamment.

Ce message est obligatoire pour être en règle avec la CNIL... mais bon, ici on ne suit pas les internautes... Ce message ne reviendra que dans plusieurs mois si vous vous re-connectez...

54e3b29210042

 

 

 

Aix - Le Grancher

1995

Moyen Age

Patrice CONTE

 

 

La deuxième campagne de l'opération tri-annuelle a permis l’extension de l'étude de cet habitat rural déserté atypique. L'essentiel des recherches a porté sur les zones bâties constituées de deux principaux ensembles de cellules groupées (voir plan Bilan Scientifique 1994, p. 15).

Sept bâtiments contigus forment le premier ensemble (Unité I). Pour l'heure, seules deux cellules peuvent être identifiées comme des résidences, les autres constructions sont des annexes domestiques ou agricoles. Un silo a été reconnu et associé à l'Etat I, antérieur aux constructions maçonnées et chronologiquement situé la fin du Xe s. et le milieu du XIIe s. Une autre structure excavée a été partiellement reconnue dans le même secteur, elle semble également appartenir au même état chronologique.

Le schéma d'évolution actuellement retenu serait celui d'une première occupation (Etat I) à finalité essentiellement agricole, marquée par des aménagements excavés (silos, fosses...) à laquelle succéderait l'ensemble des bâtiments maçonnés (Etat II) dont l'abandon interviendrait entre le milieu du XIIIe et la fin du XIVe s.

L'unité Il, également constituée d'un ensemble de plusieurs cellules associées, a fait I’objet d'une fouille partielle en 1995 (3 constructions sur 5). Les bâtiments étudiés correspondent, pour deux d'entre eux, à des annexes et pour le troisième à une pièce d'habitation qui a livré un mobilier archéologique relativement important pour ce type de site. On notera la présence d'objets métalliques (outils, éléments d'habillement...), de fusaïoles en assez grand nombre, de céramiques culinaires (marmites de différents modules) et de céramique fine abondamment décorée.

Un décapage hors de l'emprise du bâti a permis de reconnaître un premier segment d'un mur bas d'enceinte, limitant le site vers le sud. Ce mur, probablement prolongé par une palissade en bois, rejoint le four étudié en 1994.

L'analyse anthracologique de la vidange du four a été entreprise en 1995, elle devrait apporter des informations à la fois sur le mode de fonctionnement du four et les combustibles utilisés (étude F. Petit).

Les recherches de terrain pour 1996 concerneront l'achèvement de l'étude de I’espace bâti et la reconnaissance de l'environnement immédiat du site marqué par plusieurs aménagements dont la fonction est indéterminée : fosse, enclos... Les questions soulevées par la nature de ce site - habitat paysan ou domaine d'un membre de la petite aristocratie terrienne de la fin du Moyen Age - restent posées et constituent l'un des éléments majeurs de la problématique d’étude d'un type de site original pour lequel les références historiques et archéologiques demeurent rares.

 

aix95

 Vue partielle de l'unité I.

 

54e3b29210042

 

 

 

Limoges - Place Etienne Pinchaud

1995

Moyen Age et Moderne

Jean-Claude GRANY et Dominique DUSSOT

 

 

 

 

 

En mars 1995, la mise en œuvre d'un chantier de construction touchant quatre parcelles attenantes, implantées dans un îlot ancien établi à proximité de l'église Saint-Michel-des-Lions, a nécessité une intervention archéologique comprenant deux types d'actions menées conjointement ; une opération de prospection réalisée par l'association ARCHEA et une fouille conduite par le S.R.A.

Les parcelles concernées par ces actions correspondent aux nos 7, 9, 11 et 13 de la place Etienne Pinchaud. Elles étaient dépourvues de toute construction depuis 1970. A cette date, les dernières maisons implantées sur ces terrains furent rasées et un parking privé fut aménagé sur une partie de l'espace ainsi libéré.

Lorsque débutèrent les opérations archéologiques, les travaux de terrassement avaient détruit toutes les infrastructures. Sur les flancs du chantier apparaissaient les reliquats isolés de diverses maçonneries. Sur le fond côté nord, s'ouvraient deux excavations correspondant aux prolongements sous la voie publique des caves situées aux 9 et 11 de la place Etienne Pinchaud.

Au n° 13, la cave aménagée au niveau du premier sous-sol présentait encore des vestiges significatifs permettant d'en comprendre la disposition et la relation avec l'extérieur. Son prolongement, aménagé à un niveau inférieur sous la voie publique et qui resta hors d'atteinte des travaux de terrassement, s'étend perpendiculairement à l'axe de la parcelle jusque sous la place Saint-Michel-des-Lions. Une partie qui se développait autrefois dans l'axe de la parcelle est obturée par un massif de maçonnerie érigé à l'aplomb d'un contrefort d'angle de l’église Saint-Michel-des-Lions. Cet aménagement constitue un bon repère chronologique car il fut probablement réalisé durant la campagne de reconstruction de l'église, entre 1364 et 1455.

La fouille, nécessitée par I'urgence absolue, a été menée sur deux secteurs situés dans l'emprise du bâti :

    • au n° 9 de la place Etienne Pinchaud, un dépotoir aménagé dans une fosse maçonnée de facture récente a livré de nombreux tessons de porcelaine, quelques faïences et porcelaines opaques ainsi que de la céramique commune (grès vernissés) ;

    • au n° 13, une cave entièrement comblée, située au niveau du second sous-sol dans l'emprise du bâti, a été partiellement fouillée. Elle a livré deux types d'objets, d'une part de la céramique commune évoquant la production allant du XIVe s. au XVIIIe s. et, d'autre part, de la faïence du XVIIIe s. et XIXe s. provenant de productions locales et d'importation.

Notons que la recherche et la réunion de documents provenant de plusieurs sources (Archives municipales et archives du groupe des jeunes de la Société d'Ethnographie) ont permis de compléter les données observées sur le terrain.

 

54e3b29210042

 

 

 

Soudaine-la-Vinadière - Eglise

1995

Moyen Age et Moderne

Patrice CONTE

 

 

 

 

Rendue nécessaire par des travaux de drainage et de restauration, une fouille préventive a été menée à l'église de La Vinadière. Cette petite église rurale est devenue église paroissiale après la fusion des paroisses de Soudaine et de La Vinadière, au XVIIIe s.

Dans le chœur de l'église, la dépose du maître-autel pour restauration a permis la découverte d'un massif quadrangulaire, correspondant à la base d'un autel ancien. Les parements externes de cette maçonnerie, montés en moyen appareil de pierres sèches grossièrement équarries, enserrent un simple noyau de terre sableuse. Si cet autel est vraisemblablement d'origine médiévale, la présence d'une monnaie du XVIIIe s sous cette construction suggère une reprise récente. La fouille a également mis en évidence, sous ce massif, l'existence d'une structure excavée identifiée comme un silo. Malgré l'absence de mobilier archéologique (quelques rares tessons de céramique et des scories métalliques), il est possible, au vu des relations stratigraphiques observées, de situer la création de cet aménagement postérieurement à l'édification de l'église.

A l'extérieur de l'édifice, le long du mur gouttereau nord, un décapage a permis de repérer quatre sépultures sous pierres tombales en granite, ainsi que plusieurs segments de murs. Le mur principal, perpendiculaire à l'axe de I'église, pourrait appartenir à un vaste bâtiment ou à une enceinte se développant au nord. Trois autres murs ont été repérés dans le même secteur. Deux d'entre eux forment l'angle d'un petit bâtiment ou d'une salle aménagée dans l'angle de la maçonnerie principale, au contact du mur septentrional de l'église ; le troisième pourrait correspondre à un autre bâtiment, dont l'existence reste encore hypothétique. Enfin, une dernière maçonnerie, de plan circulaire, a été aménagée postérieurement au mur principal. Sa morphologie évoque un four domestique.

Les vestiges maçonnés découverts à l'extérieur de l'église appartiennent, sans nul doute, à la Commanderie de l'ordre du Saint-Sépulcre, attestée au XIIIe siècle, et dont l'abandon pourrait être définitif au XVIIe s.

 

54e3b29210042

 

 

 

Vicq-sur-Breuilh - Le Vieux-Château

1995

Renaissance et Moderne

Christian REMY

 

 

 

 

Le château de Vicq apparaît dans les sources au début du XVIe s. Il est alors un fief des Salignac, relevant d'abord de la châtellenie de Magnac, puis directement de l'évêque de Limoges, comme juridiction démembrée. Ce logis flanqué de deux fortes tours rondes à l'ouest, établi sur une légère crête, doit sa renommée - toute relative - à une belle cage d'escalier et aux vestiges de la galerie qui font du monument l'un des jalons essentiels de la pénétration de l’art de la première Renaissance en Limousin.

Les sondages effectués en 1995, parallèlement à d'importants travaux d'aménagement menés par les propriétaires, avaient pour objectif de repérer d'éventuelles structures antérieures au château du début du XVle s., et surtout d'apporter des compléments archéologiques à une étude monumentale et historique en cours (seule synthèse existante : L. Breuilh, "Château de Vicq", Bull. Soc. Archéo. et Hist.du Limousin, t. LXII, 1912, p. 5-18).

L'opération a porté sur deux secteurs : la terrasse occidentale et la tour N.O.

 

1 -La terrasse (21 x 45 m), aménagée à l'ouest du logis moyennant d'importants travaux de terrassement, est cantonnée aux angles par deux tourelles pleines. Elle est manifestement postérieure au début du XVle s. Une tranchée, large de 1,50 m et perpendiculaire au logis, a été réalisée dans les remblais. Elle a permis de mettre au jour le profil - irrégulier - de la pente et de constater que le substrat y est vierge de tout fossoiement. Ainsi, la résidence castrale était coupée de la crête à l'aide d'un important fossé à fond de cuve sur trois côtés seulement.

Ce substrat est recouvert d'une ancienne et fine couche d'humus stérile de mobilier. Puis, un horizon de fragments de gneiss semble attester de travaux d'extraction (cave du logis et lancement du chantier au début du XVle s. ?). Un horizon organique, contenant un peu de mobilier XVIIe s., nappe cette couche, toujours selon le même pendage. Enfin, un fort remblai comportant des fragments de calcaire, de briques, d'ardoises correspond à la création de la terrasse. La partie supérieure de la stratigraphie a été très perturbée par des travaux de terrassement et l'utilisation de cet espace comme jardin potager. C'est pourquoi, le contact entre la tranchée et les fondations du mur ouest du logis s'avère quasi inexistant. On notera cependant l'absence de cavée de fondation : la maçonnerie (largeur 1,50 m) a été assise sur un amoncellement de cailloux à peine liés. On précisera qu'à l'ouest, pour des raisons de sécurité, la tranchée n'a pu être réalisée jusqu'au mur de soutènement. En définitive, la stratigraphie observée n'infirme nullement les données historiques : aucune trace d'occupation médiévale n'a pu être repérée.

2 - L'intervention sur la tour s'est limitée à l'accompagnement des travaux de déblaiement - après réalisation d'une étude stratigraphique - et à la fouille d'un cloaque ménagé dans la partie est des maçonneries.

Des remblais d'effondrement encombraient l'intérieur de la tour. Cette pièce carrée (7,50 m) contenait des matériaux de construction sur 2 à 3 m de puissance : éléments lapidaires dont plusieurs pierres sculptées (de cheminées, de fenêtres, corbeaux d'étage), ardoises, briques, mortier décomposé. On a pu établir que la tour comportait quatre niveaux habitables dotés de cheminées. Un pavage de grosses pierres, manifestement tardif (XVIIIe s. ?) en constitue le sol. Une pellicule de terre noire, correspondant à un niveau d'occupation de peu antérieur à l'abandon du secteur, a pu être identifiée. Nappant légèrement le pavage, elle contenait des fragments de mobilier du XVIIIe s.

La fouille du cloaque (2,90 x 0,90 m) a fourni un abondant matériel datable du XVIIIe s. (étude en cours P. Conte). On évoquera la présence de fragments de sceaux, de bouteilles, de faïences, d'un étui à pistolet de

selle et de cadavres d'animaux (étude en cours C. Vallet). Des matériaux divers complétaient le comblement de cette fosse de latrine (bois, matériaux de construction). Le substrat en constitue le fond. Nettement incliné vers le Nord, il permettait l'écoulement dans le fossé des matières fécales lors de son utilisation. Le comblement massif fouillé cette année semble traduire une désaffection de la latrine en tant que telle au XVIIIe s. A cet effet, la bouche d'écoulement du cloaque avait été condamnée. La difficulté est de déterminer si le comblement est lié aux événements révolutionnaires ou s'il leur est antérieur. On sait qu'un arrêté est pris en 1793 pour faire déraser les tours du château.

Les travaux de réaménagement du château se poursuivant, il est probable que le même type d'opération soit à reconduire pour la tour Sud.

 

vicq95