En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites notamment.

Ce message est obligatoire pour être en règle avec la CNIL... mais bon, ici on ne suit pas les internautes... Ce message ne reviendra que dans plusieurs mois si vous vous re-connectez...

54e3b293ec0b8

 

 

 

Saint-Jean-Ligoure - Châlucet

2001

Moyen Age

Patrice CONTE

 

 

 

2001Chalucet02Picture2

Vue de la zone nord du castrum

 

La campagne 2001, dernière du programme plurian­nuel amorcé en 1999, a concerné deux secteurs du castrum : la poursuite des investigations sur l'agglo­mération et le début de l'étude de la tour Jeannette, tour maîtresse du bas-castrum de Châlucet. En paral­lèle aux travaux de terrain plusieurs recherches complémentaires ont été menées à terme, du moins dans le cadre de ce premier programme : mobiliers archéologiques, sources écrites, premières analyses architecturales, archéozoologiques et anthracolo-giques.

L'agglomération castrale

La fouille, ouverte au total sur un peu plus de 600m 2, a permis d'étudier plusieurs ensembles de vestiges parmi lesquels on peut dénombrer au moins quatre bâtiments résidentiels. L'analyse des éléments de cir­culation (ruelles, passages), de distribution (position et répartition des accès) et certaines caractéristiques (possession d'une structure souterraine de stockage) permet de déterminer au moins quatre ensembles structuraux.

Le plus au nord est organisé autour d'une maison-tour (bât.IV) équipée de contreforts plats. Ce bâtiment, dont le sol d'abandon a livré une importan­te quantité de mobilier archéologique est équipée d'une seule porte, au nord. Immédiatement à l'exté­rieur le décapage d'un petit secteur a permis d'identifier plusieurs aménagements correspondant à un édifice en matériaux légers destiné à protéger l'accès à la maison. Létude de la sorte de "cour" entourant l'édifice montre que d'autres appentis ont pu être aménagés contre le bâtiment principal. Ce premier ensemble s'inscrit, en chronologie relative, comme étant le plus ancien.

Immédiatement plus au sud, le second ensemble bâti comprend deux nouveaux bâtiments. Le premier (bât.lll) est de plan rectangulaire. II est édifié en retrait de la ruelle principale. Deux séquences d'occupation sont attestées : la plus ancienne correspond à un sol d'habitat comprenant plusieurs foyers et un dé de support vertical de maintien du plafond. La plus récente est séparée de la précédente par une couche de remblai de construction sableuse. L'architecture et la stratigraphie de ce bâtiment attestent de la présen­ce d'un étage. Une seconde phase de construction voit l'édification d'un nouveau bâtiment résidentiel et domestique (bât.ll) accolé à l'est du bât III dans un espace probablement non bâti à l'origine et donnant sur la ruelle. II intègre une cave, étudiée les années précédentes (voir : BSR, 1999, p.48 ; BSR, 2000, p. 53-54). et plusieurs aménagements internes : ban­quette, foyers, mur de refend, entrée charretière...).

Le troisième ensemble structural n'est connu que très

 

54e3b293ec0b8

 

 

 

Pageas - Le Bois Pargas

2001

Préhistoire

Thomas PERRIN

 

 

LeBoisPargasPicture2

 Plan général de la fouille

 

Le sondage archéologique du site du Bois Pargas a été réalisé à la suite de la destruction partielle du gisement lors de la tempête de la fin de l'année 1999. Afin d'estimer l'impact de cette tempête sur les sites archéologiques, plusieurs membres de l'association ArchéA ont alors procédé à des vérifications de terrain. C'est ainsi que, dans la terre d'une souche de châtaigner renversée, quelques artefacts ont été trouvés, dont plusieurs fragments de poignards en silex pressignien (Turonien supérieur).

Le gisement, à ce moment-là, se caractérisait princi­palement par un tas d'épierrement moderne, situé en bordure d'un vaste plateau dominant. Le substrat de ce dernier est composé de gneiss schisteux à biotite, parfois affleurant, et, comme l'a révélé le sondage, de filons de leptynites massives à grains moyens et biotite, inclus dans le socle gneissique.

Le sondage s'est déroulé selon trois secteurs dis­tincts. Malgré l'absence d'ossements, le site peut être compris comme une sépulture, monumentale de par sa localisation et son mobilier. Elle se caractérise par une fosse subrectangulaire, à moitié détruite par l'ar­rachement de la souche. Cette fosse vient s'appuyer contre une grande dalle de gneiss oblique et affleu­rante, qui confère à l'ensemble un aspect remarquable. La sépulture a livré un ensemble de six poignards en silex taillés de plus de 20 cm de lon­gueur (Turonien supérieur de Touraine et Sénonien d'Aquitaine ou de Charente). Ces pièces sont remar­quablement bien conservées : des patines différentielles témoignent de la présence d'un emmanchement et les microtraces d'utilisation sont particulièrement bien conservées (découpe de végé­taux siliceux). La fosse sépulcrale a également livré trois pointes de flèches à pédoncule et ailerons de la fin du Néolithique, plusieurs outils en silex d'origines diverses, une douzaine de perles discoïdes plates en lignite compacte (ou jayet) ainsi que plusieurs frag­ments de céramiques. Ces tessons sont généralement de petites tailles, et aucune forme complète n'est reconstituable, si ce n'est un départ de fond aplati. Si le fait sépulcral constitue la princi­pale occupation connue du site, d'autres indices (dont au moins un trou de poteau) montre que l'occu­pation de plateau fut plus étendue et plus complexe.

 

 

LeBoisPargasPicture3

Poignards du Néolithique Final

 

La présence de silex du Grand-Pressigny, et notam­ment celle des poignards, indique que le site peut probablement être daté entre 2870 et 2340 av. J.-C. L'absence de données typologiques dans la céra­mique et surtout de datations radiocarbones nous empêche, pour l'instant, de dater plus précisément le gisement.

Si nous n'avons pas d'information quant au(x) défunt(s) lui-même, le mobilier archéologique traduit un statut particulier au sein d'une société structurée. II montre de plus l'insertion du gisement au sein de réseaux d'échanges à longue distance, traduisant par là une occupation marquée et durable du territoire à cette époque. Cela est d'ailleurs confirmé par les nombreux indices de sites du Néolithique final déjà identifiés dans les monts de Châlus.